valfine

L’esprit de La Valfine

« L’Évangile revient à l’Église ». Convaincus de cette chance, Marie Louise, sœur de St Joseph, et Michel, Prêtre de l’ Oratoire,  nous avons cherché   comment  être acteurs de cette nouvelle annonce, aider à  l’écoute des textes , à leur compréhension… Ainsi mûrit un projet  approuvé, encouragé par nos supérieurs respectifs : Anne Catherine Arayet et Jean Dujardin, ce dernier,  nous  offrant  pour sa réalisation une vieille ferme   jurassienne appartenant à l’Oratoire  inutilisée depuis 30 ans. .Ainsi naquit  La Valfine,.

La définir est   impossible .  Un simple mot ne saurait   recouvrir tout ce qui se passe dans ses murs. La richesse de ce qui s’y vit. Maison d’accueil est le plus à même  de  signifier  ce que,  venant de toute la France, des femmes et des hommes  trouvent  dans cette maison au confort soigné et reconnu,  dans sa beauté née de choses simples, dans un cadre naturel  privilégiant le silence, le repos et la joie. Pour favoriser  cette convivialité, les rencontres  n’excèdent jamais  14 ou 15  participants rt  les séjours d’un  coût modique, l’argent ne devant pas être un obstacle .

Réduire La Valfine aux sessions qui s’y déroulent serait une erreur. La Bible y a certes sa place,  ainsi que  des thèmes d’actualité  confiés à des intervenants reconnus : Biologie, Science, Économie, Mondialisation… musique, cinéma et aquarelle  ne sont pas oubliés, mais cela ne serait rien  sans l’écrin que constitue  la convivialité joyeuse, fraternelle faisant  de la Valfine non une maison du savoir, mais de l’ existence. Un lieu « source » disent beaucoup, de « repères » ajoutent certains très engagés dans leur milieu de vie .  Maison d’accueil, aux portes restant ouvertes à celles et ceux qui viennent nous confier leurs joies, leurs peines, leurs questionnements . La mixité   y est une richesse reconnue et appréciée . La Parole y est libérée ouvrant à des  prolongements  engageant la cohérence  et donc  au courage.

La Valfine enfin ne saurait  être définie sans l’attention que nous portons à ce qu’elle doit être :  une « Valfine Hors-les-murs » Là, où de retour chez eux, par cet « autre chemin intérieur» dû au séjour , chacun  vit et témoigne de ce qu’il a trouvé dans cette maison aux trois tables : celle du travail et de l’étude, celle des repas toujours empreints de joie, leur qualité est reconnue,  celle enfin  où, au terme de chacune des  rencontres , nous rendons grâce pour ce que nous avons vécu et qu’il nous appartient de porter aux petites communautés auxquelles nous appartenons . Petites communautés, l’ Eglise de demain,  nourries de « l’Évangile qui revient »

Marie Louise, sœur de St Joseph, et Michel, Prêtre de l’ Oratoire

Les commentaires sont fermés.