Articles

« Quelle hospitalité ? » Méditation de François Picart

En ce temps-là, Jésus entra dans un village. Une femme nommée Marthe le reçut. Elle avait une sœur appelée Marie qui, s’étant assise aux pieds du Seigneur, écoutait sa parole. Quant à Marthe, elle était accaparée par les multiples occupations du service. Elle intervint et dit : « Seigneur, cela ne te fait rien que ma sœur m’ait laissé faire seule le service ? Dis-lui donc de m’aider. » Le Seigneur lui répondit : « Marthe, Marthe, tu te donnes du souci et tu t’agites pour bien des choses. Une seule est nécessaire. Marie a choisi la meilleure part, elle ne lui sera pas enlevée. »

Méditation biblique du père Michel Dupuy

Le Signe de Jonas rappelait aux Juifs le récit légendaire de ce prophète qui, bien malgré lui, dût apporter aux habitants de Ninive, symbolisant les ennemis d’Israël, un message de pardon, de miséricorde de Yahvé, et la conversion qui s’en suivit. Et Jésus de dire à ses auditeurs, particulièrement à leurs chefs : « Le Fils de l’Homme - Jésus en l’occurrence - est venu accomplir par ses actes, par ses paroles, cette attente du peuple, et vous ne me croyez pas. »

Méditation biblique du père Etienne Labignette

Même si la Parole de Dieu semblait devenir bien rare en terre d'Israël, le Seigneur n'abandonne pas son peuple car il demeure fidèle à son alliance. Avec ce récit de l'Annonciation, nous vivons à nouveau cette proximité du Seigneur avec nous.

« Tu ne l’emporteras pas au paradis » Méditation de François Picart

À première vue, une lecture rapide de ce texte peut interpréter le « renversement des sorts » comme une punition de l’homme coupable de posséder des biens matériels et, au contraire, un relèvement du pauvre Lazare qui n’avait d’autre richesse que son nom : « Dieu vient en aide », puis en généraliser la compréhension à partir de la parabole précédente selon laquelle on ne peut servir deux maîtres en même temps, à la fois Dieu et l’argent…

« Jeune homme, je te l’ordonne, lève-toi » (Lc 7, 11-17) Méditation du père Paul Carpentier

Combien en ai-je accompagné au cimetière de ces parents douloureusement atteints par la mort de leur enfant ! Je me souviens en particulier de ce tout-petit, à peine né et déjà parti, dont le papa portait lui-même le petit cercueil blanc et qu’un stupide règlement de l’Eglise à l’époque, envoyait aux Limbes pour l’éternité, puisque ses parents, pourtant pratiquants, n’avaient pas eu le temps de le faire baptiser !

« Frappez à la porte étroite et l’on vous ouvrira ! » Méditation de François Picart

L’accès au festin du Royaume n’a rien à voir avec les concours d’entrée aux grandes écoles ou à la haute fonction publique. Là où ceux-ci prévoient des quotas qui limitent le nombre des places disponibles, le Festin du Royaume est accessible à la multitude, même si, paradoxalement, cet accès passe par une « porte étroite »...

Des Oratoriens méditent la Bible. Michel Dupuy (22.05.2019)

Certes l’on est tenu de respecter le PPCM [Plus petit commun multiple] liturgique en fidélité avec le geste de Jésus, mais qu’il me soit permis de le vivre en respect des cultures des lieux s’imposant au cultuel, permettant à chacun de prier dans la diversité de ce qu’il est de ce qu’il ressent.

Des Oratoriens méditent la Bible. Luc Forestier (20.06.2018)

Le texte biblique n’est jamais séparable de la relation qui justifie son existence. Nous ne croyons pas en Dieu parce que nous lisons la Bible. Nous recevons la Bible comme Parole de Dieu parce que nous participons à l’assemblée constituée par le Repas du Seigneur.

Des Oratoriens méditent la Bible. Antoine Adam (07.10.2017)

Quand nous acceptons de nous laisser toucher, surprendre par l’humanité du Christ, et de vivre avec lui une vraie rencontre, que nous l’écoutons et que nous l’accueillons, les esprits de division ne se résorbent-ils pas ?

Des Oratoriens méditent la Bible. Michel Quesnel (14.06.2017)

Etre libre par rapport à des commandements trop minutieux, oui. Mais devenir esclave pour cause de manque de repères, ce n’est certainement pas souhaitable.