Entrées par communication@oratoire.org

Méditation du père Roger Thomas

Marie nous révèle donc par toute sa vie que nous sommes à son image humaine pris dans un même don, dans un même choix où notre humanité est habitée du Verbe, sanctifiée, prédestinée à être la louange de gloire de sa grâce et que nous soyons comme elle immaculés devant lui dans l’amour.

Méditation biblique du père Michel Dupuy

Jésus ne distribue pas le pain, il donne à ses disciples la mission de le donner. C’est donc à ce monde orphelin de repères, de sens, que nous, croyants, devons porter ce Pain/Parole. Encore faut-il que nous ne perdions pas la saveur du sel dont nous sommes porteurs, ni n’éteignions la lumière de notre Foi. Que notre témoignage, comme le dit François, ne soit pas prosélytisme irrespectueux de la liberté d’autrui, mais que notre Foi transpire de nos actes au quotidien, de nos rencontres.

Méditation biblique du père Etienne Labignette

Alors, faut-il face à ce monde déconcertant, tenter de nous assurer une spiritualité confortable de survie ou adopter une sagesse de vie stoïcienne ?
Cette tentation du repli intellectuellement séduisante met entre parenthèse la force dynamique de l’espérance.
Mais non, comme Jésus nous le dit : « ce ne sera pas de sitôt la fin », mais plutôt l’entrée pour nous dans le combat spirituel.
Pour mener à bien ce combat, il importe de nous en donner les moyens : fidélité dans la vie de prière, pratique quotidienne de la méditation biblique, souci du partage et de la solidarité.

Méditation biblique du père Luc Forestier

Dans l’évangile de Luc, les pleurs de Jésus sur Jérusalem concernent sans doute le passé d’une ville ambivalente dans son lien à celui qui y entre comme messie de paix. Mais ces pleurs concernent aussi le quotidien de ceux qui, en se réclamant de son nom, ne cessent de se diviser, à commencer par les communautés chrétiennes présentes dans la Jérusalem d’aujourd’hui, comme dans les autres villes du monde. La plus grande menace qui pèse sur le christianisme a bien pour origine les chrétiens eux-mêmes et, plus particulièrement, leurs conflits nombreux !

Méditation biblique du père Paul Carpentier

A chacun, croyants ou non, de mesurer librement comment il répond aux urgences du temps, à la sauvegarde de la MAISON COMMUNE. Et aux chrétiens, plongés dans l’eau vive du baptême, de comprendre et de mettre en pratique au mieux, la question de Jésus à la Samaritaine « Donne-moi à boire », et sa réponse à notre propre soif : « L’eau que je vous donnerai deviendra en vous source jaillissant en vie éternelle » (Jean 4, 16). Alors seulement la prophétie d’Ezéchiel sera accomplie.

La musique, la foi, la musique…

Lorsque les Oratoriens se voient confier la paroisse de Saint-Eustache après la première guerre mondiale, rapidement l’orgue et le chant sont mis à l’honneur. Le curé, le Père Courcoux, futur évêque d’Orléans, y tenait: il était lui-même un pianiste distingué. Et c’est en 1944 que le Père Martin, alors âgé de trente ans, fonde la Société des Chanteurs de Saint-Eustache. Longtemps pionnier dans la redécouverte du grand répertoire de musique sacrée, on ne compte pas les disques enregistrés avec son fondateur, auteur d’une fameuse Messe du sacre des Rois de France, en 1951, qui fit couler beaucoup d’encre par ses qualités de pastiche et la grande solennité de son déploiement!