Articles

« Quelle hospitalité ? » Méditation de François Picart

En ce temps-là, Jésus entra dans un village. Une femme nommée Marthe le reçut. Elle avait une sœur appelée Marie qui, s’étant assise aux pieds du Seigneur, écoutait sa parole. Quant à Marthe, elle était accaparée par les multiples occupations du service. Elle intervint et dit : « Seigneur, cela ne te fait rien que ma sœur m’ait laissé faire seule le service ? Dis-lui donc de m’aider. » Le Seigneur lui répondit : « Marthe, Marthe, tu te donnes du souci et tu t’agites pour bien des choses. Une seule est nécessaire. Marie a choisi la meilleure part, elle ne lui sera pas enlevée. »

"Une pédagogie trinitaire." Méditation de François Picart

Pour notre génération confrontée, à son tour, à une crise de crédibilité, ce texte nous rappelle qu’avant les questions institutionnelles qui doivent certes être abordées, la priorité est l’appropriation de la vérité du Christ pour notre temps. À bien des égards, tout montre que depuis plusieurs décennies, cette démarche d’appropriation s’est enrayée...

"Quand la miséricorde sert la justice". Des Oratoriens méditent la Bible

Par son attitude miséricordieuse reconnaissable à sa parole et ses actes, Jésus fait connaître à ceux qui l’approchent, ou dont il s’approche, le mystère de la miséricorde qui le fait vivre et dont il rayonne. Cette pratique de la miséricorde restaure les victimes de pratiques asservissantes dans leur dignité, dans leur liberté ouvrant, par là, un chemin de pacification.

Quel salut ? Une méditation du Père Picart

Où l’Écriture s’accomplit-elle comme Parole de Dieu pour les pauvres, les migrants, les aveugles, les captifs, opprimés par d’autres promesses d’un salut dans la seule consommation, les mirages de la seule technologie, la seule rationalisation financière, l’élimination des plus faibles aux deux bouts de l’existence humaine ? La crédibilité de l’évangile dépend de la capacité des chrétiens à discerner ensemble l’action de Dieu déjà présent dans le renouvellement des questions spirituelles de notre temps.

« Mes paroles ne passeront pas » Une méditation du père François Picart

Pour des raisons culturelles, nous ne retenons des textes apocalyptiques que les désordres et la peur qu’ils engendrent. Au cinéma ou dans la littérature, certains éléments de ce genre alimentent cette association. Il y est question de violence, destructions, de mort, etc., autant d’éléments disponibles pour être exploités dans une perspective religieuse La peur, la mort et la religion peuvent faire bon ménage. L’intérêt de cette péricope qui reprend des éléments du genre apocalyptique de l’Ancien Testament, est de montrer que ce lien ne va pas de soi. Il n’a rien d’automatique.

"Que s’ouvrent nos oreilles pour que se délient nos langues !" Méditation du p. François Picart

Ainsi, les questions posées aux sociétés occidentales par les membres du peuple de Dieu engagés aux côtés des migrants avec qui le Christ s’identifie, deviennent inaudibles en raison du travail de la vérité qui se fait au même moment sur le cléricalisme, cette dénaturation de l’autorité en abus de pouvoir et de conscience, qu’illustrent les abus sexuels.

"Que du pain ?" Une méditation du Père François Picart (05.08.2018)

L’association entre le « pain de Dieu » et « donner vie au monde », célébrée dans l’eucharistie, oriente notre quête sur la nécessaire conversion d’un monde aujourd’hui menacé par les excès d’une humanité aussi insatiable que la foule de l’évangile. Les questions de vie et de mort se renouvellent à la mesure des profondes mutations en cours.

Puissant ou misérable, mais capable de Dieu. Une méditation du père François Picart

Laissés à leur solitude, la femme et Jaïre sont renvoyés à leur part de vérité qui les juge, les condamne ou les laisse prisonniers de leurs propres impasses. À l’inverse, l’amour de Dieu incarné par Jésus, les révèle à eux-mêmes en éclairant ce qu’ils sont pour Dieu.

Des Oratoriens méditent la Bible. François Picart (27.05.2018)

Pour Arouna, jeune réfugié de 23 ans, l’expérience d’accueil dont il a bénéficié, est un bouleversement. Au point de demander à devenir chrétien : « Jamais de ma vie je n’ai été traité de cette façon, dit-il. Je veux connaître ce Dieu qui vous a poussés à agir ainsi avec moi. » Il est bien des manières d’accueillir l’œuvre de l’Esprit, premier acteur de la mission…

"L’aveugle-né, les mercenaires et le Bon Berger". Méditation de François Picart (22.04.2018)

Dans le contexte conflictuel où Jésus se trouve à la suite de cette guérison, la figure johannique du « bon pasteur » est opposée aux mercenaires qui privilégient leur intérêt et leur sécurité