Chaque semaine un prêtre de l’Oratoire écrit une méditation biblique en rapport avec le calendrier liturgique. Nous les publions ici. Vous pouvez également les retrouver sur la page Facebook des Oratoriens

Des Oratoriens méditent la Bible. Luc Forestier (07.01.2019)

L’insertion des chrétiens dans nos sociétés implique nécessairement des débats sur la manière d’y vivre la foi en la résurrection du Christ : le critère de l’amour apparaît comme essentiel, de même que le moyen qu’est la vérification par l’incarnation. Toute proposition qui s’écarterait de l’amour « en actes et en vérité » et qui ignorerait l’entrée dans la chair humaine se voit ainsi recadrée par l’autorité du Disciple bien-aimé, qui a vu et touché le Verbe fait chair.

Des Oratoriens méditent la Bible. Roger Thomas (23.12.2018)

Voici que s'approche de nous la Fête de Noël et Marie nous invite à vivre ce temps avec elle. Voilà neuf mois où elle approfondit le Mystère qui s'opère en elle. Neuf mois de méditation profonde où le Seigneur lui révèle le mystère profond de sa maternité. Le Verbe de Dieu accomplit son œuvre en elle, la Parole se fait chair, non pas simplement en elle mais en notre humanité. Son humanité est le lieu où Dieu notre Père veut y introduire sa Divinité, non pas simplement pour elle mais pour toute humanité, notre humanité personnelle.

"N'ayons jamais cette âme habituée." Jérôme Prigent

Une adresse du Père Jérôme Prigent, prêtre de l'Oratoire de France et président du Train de la Mémoire, au retour du voyage à Auschwitz fait par 400 élèves de Première et Terminale de 14 établissements catholiques, du 18 au 22 novembre 2018.

Des Oratoriens méditent la Bible. Michel Dupuy (05.12.2018)

Puisant à l’Ancien Testament, je souscris au fait « que l’homme ne se nourrit pas seulement de pain, mais de tout ce qui sort de la bouche de Yahvé » l’Evangile aidant, « de la bouche de Jésus ». PAIN-PAROLE, qu’il appartient aux disciples de distribuer (Pain) et de donner à entendre (Parole).

Des oratoriens méditent la Bible. Yves Trocheris (25.11.2018)

Avec la mort et la résurrection du Christ, la fin des temps a commencé. Mais la fin de ces temps est une fin d’accomplissement et de plénitude.

« Mes paroles ne passeront pas » Une méditation du père François Picart

Pour des raisons culturelles, nous ne retenons des textes apocalyptiques que les désordres et la peur qu’ils engendrent. Au cinéma ou dans la littérature, certains éléments de ce genre alimentent cette association. Il y est question de violence, destructions, de mort, etc., autant d’éléments disponibles pour être exploités dans une perspective religieuse La peur, la mort et la religion peuvent faire bon ménage. L’intérêt de cette péricope qui reprend des éléments du genre apocalyptique de l’Ancien Testament, est de montrer que ce lien ne va pas de soi. Il n’a rien d’automatique.

Des Oratoriens méditent la Bible. Michel Quesnel (08.11.2018)

Pour un chrétien, il n’est pas légitime de se glorifier de ce que l’on a hérité dans son berceau – sa famille, sa classe sociale, sa religion, sa nationalité – ni d’en tirer quelque avantage que ce soit. La seule gloire d’un chrétien, c’est sa faiblesse dont il sait que le Christ peut la transformer en force.

Des Oratoriens méditent la Bible. Paul Carpentier (31.10.2018)

Et Jésus cheminait par villes et villages, enseignant et faisant route vers Jérusalem. Quelqu'un lui dit : « Seigneur, est-ce le petit nombre qui sera sauvé ? » Il leur dit : « Luttez pour entrer par la porte étroite, car beaucoup, je vous le dis, chercheront à entrer et ne pourront pas.

"Convertis-toi et crois à l’Évangile !" Une méditation du Père Picart

La résistance à la conversion est le signe d’un attachement excessif à des « richesses ». Il lie la volonté de celui qui s’interroge sur sa vocation, aux dépens de la liberté avec laquelle il peut véritablement se mettre en mouvement. Ses biens et sa rigueur morale étaient des sécurités dans son monde. Le dialogue avec Jésus lui fait prendre conscience que ces sécurités sont devenues une prison.

Des Oratoriens méditent la Bible. Michel Dupuy (15.10.2018)

"Ces Jonas, ces reines de Saba, qui dans ce monde blessé, dans cette institution fragilisée, incroyants souvent, croyants parfois, sans même qu’ils le sachent, me donnent de croire que la Parole de Dieu est toujours à l’œuvre et attend que le Ninivite que je suis par mes doutes fréquents, s’ouvre à la confiance en ce Dieu, qu’intérieurement il me faut rejoindre, écouter, et dont je dois témoigner dans ma vie avec, par et pour les autres."