"Newman and the Oratory" by Keith Beaumont

Le Père oratorien Keith Beaumont a contribué à l'édition de "The Oxford Handbook of John Henry Newman", paru il y a quelques mois aux prestigieuses Oxford University Press. Nous partageons avec vous cet extrait, qui indique dans quelles circonstances Newman décida de devenir oratorien.

Méditation pour le Lundi Saint 15 avril 2019

Alors que un peu partout encore beaucoup montrent leurs muscles et  font régner la violence, alors que l'Eglise elle-même traverse des moments de difficile remise en question, nous voici appelés d'urgence au service de la justice et de la vérité en même temps qu'à l'attention aux plus fragiles et à l'humilité.

"Quand la miséricorde sert la justice". Des Oratoriens méditent la Bible

Par son attitude miséricordieuse reconnaissable à sa parole et ses actes, Jésus fait connaître à ceux qui l’approchent, ou dont il s’approche, le mystère de la miséricorde qui le fait vivre et dont il rayonne. Cette pratique de la miséricorde restaure les victimes de pratiques asservissantes dans leur dignité, dans leur liberté ouvrant, par là, un chemin de pacification.

L’Église ne sera plus comme avant. Editorial de la semaine

« L’Église ne sera plus comme avant. » se dit-il à la conférence des évêques de France en référence à ce que vous savez. Mais en cette fin de carême je voudrais préciser la formule et dire plutôt : « dans mon église je ne serai plus comme avant ».

Editorial de la semaine. "Tout bousculer pour n'être que lui"

Il y a des moments où nous sentons bien que nous sommes à des carrefours de vie où le changement est inéluctable. Et nous sentons bien, aujourd’hui, que notre Église est arrivée à un tel carrefour.

Un carême les yeux ouverts. L'éditorial de la semaine

« Le carême est un voyage spirituel dont la destination est Pâques ». Ces mots sont du Père Schmemann, théologien orthodoxe de renom. Dans leur simplicité ils disent beaucoup de ce qui fait la richesse de ce temps et d’abord de sa couleur : il est déjà empreint de la lumière de Pâques tant il est vrai que la destination finale de ce « voyage spirituel » est présente à chaque pas qui y conduit

Délivre-nous du mal ! L'éditorial de la semaine.

Depuis plusieurs mois, nous sentons que nous vivons dans un monde où beaucoup d’organismes qui nous semblaient stables se fissurent. Nous sommes secoués par des crises buttant les unes contre les autres comme des autos tamponneuses. Crises écologiques, migratoires, du projet Européen, des institutions politiques et religieuses, du cléricalisme et des scandales d’abus dans l’Église catholique… Toutes ces réalités rendent notre présent instable et reconfigurent notre avenir.

Des Oratoriens méditent la Bible. Etienne Labignette (19.03.2019)

Souvent l'annonce faite à Marie éclipse la vocation de Joseph. Mais il n'empêche que Joseph demeure un modèle insurpassable de foi, de disponibilité, de fidélité discrète. Pourtant aux yeux des hommes rien ne semblait disposer Joseph à répondre à une tel appel, à une telle vocation. Artisan galiléen, étranger à la culture de Jérusalem, inconnu des cercles de l'aristocratie sacerdotale, c'était un homme apparemment oublié de l'histoire.

Des Oratoriens méditent la Bible. Yves Trocheris (19.03.2019)

La foi du cœur et la confession de la bouche. Dans la bouche et dans le cœur, la parole est chez elle. Parce qu’en eux, elle est réellement chez elle, nous pouvons très bien parler de l’appariement du cœur et de la bouche. C’est précisément ce que Paul ressent lorsque lui-même annonce la parole. Dans tous ses écrits, la confession de Paul est centrée sur la Seigneurie de Jésus : « Jésus est le Seigneur ». Mais cette confession est elle-même enracinée dans la foi : croire consiste à croire que Dieu a réveillé Jésus du séjour des morts. Croire en la mort et la résurrection de Jésus n’est pas un croire particulier du croire en général. Tout au contraire, croire en la mort et la résurrection du Christ détermine et accomplit ce que l’on entend généralement par « croire ».

« Seule une foi blessée est crédible » Une méditation du Père Picart.

Complexité humaine, complexité du peuple de Dieu illustrée de façon poignante par le film de François Ozon Grâce à Dieu, où aveuglements, surdité et hypocrisie n’ont pas manqué à travers des formes diverses. C’est pourtant ce terreau que travaille l’esprit du ressuscité pour donner vie à l’alliance.