Fondé à Rome en 1575 par saint Philippe Néri, l’Oratoire a été introduit en France au XVIIe siècle par Pierre de Bérulle, initiateur de « l’Ecole Française de Spiritualité ». Dissous en 1792, l’Oratoire a été restauré en 1852. Il regroupe actuellement 35 membres présents en 13 implantations

La fondation

Le 11 novembre 1611, Pierre de Bérulle fonde l’Oratoire en France : une société de prêtres répondant aux enjeux du moment.

Pierre de Bérulle

La pensée spirituelle de Bérulle est toujours actuelle : Dieu se fait voir en Jésus Christ qui révèle la Bonne nouvelle de son amour.

Les collges

Ecartées des projets initiaux de Bérulle, les fondations d™établissements scolaires sont pourtant nombreuses ; vingt-six dès 1670 : Dieppe, Juilly, Marseille, Le Mans…

Quelques grandes figures aux 17e et 18e siècles

La Congrégation se développe sur tout le territoire : plusieurs de ses membres s’illustrent dans les sciences humaines et théologiques

Débats et controverses

La liberté de ses membres et leur intérêt pour les débats d’idées entraînent l’Oratoire dans les grandes controverses de son temps.

La refondation au 19e siècle

Dispersé lors de la Révolution, l’Oratoire renaît en 1852, s’interrogeant sur les missions qu’il veut alors privilégier

Le Nouvel Oratoire

De nombreux oratoriens, évêques, penseurs, éducateurs, académiciens participent au foisonnement intellectuel du milieu du XIXe siècle jusqu’à nos jours.

Dans l’après-guerre

Prêtres dans le monde du travail, mémoire de la Shoah, drame du sida... Ces récentes années sont aussi celles de l’engagement dans les causes de notre temps.

L’Oratoire aujourd’hui

A travers le redéploiement de ses implantations et la diversité d’engagement de ses membres, l’Oratoire souhaite aujourd’hui demeurer acteur dans le débat foi, culture et société.